Ville de Brignoles

Centre Hospitalier Jean Marcel

Les urgences font peau neuve

Livré en 2001 et construit pour permettre 15.000 passages par an, le service des urgences du Centre Hospitalier Jean Marcel accueille aujourd’hui près de 30.000 patients.

Pour adapter les conditions d’accueil et de soin à cette affluence, un nouveau bâtiment conçu et réalisé par SPIE Batignolles est en cours de construction. Le déménagement entre l’ancienne structure qui deviendra une zone de stockage et la nouvelle, est prévu le 12 novembre, après une période test pour valider les derniers réglages. Dans cette nouvelle configuration, le nombre de passages annuels estimé après ouverture sera de 34.000 en 2019 et 38.000 à partir de 2020.

 

 

EN CONCERTATION AVEC LES ÉQUIPES DE SOIGNANTS

De 288 m2, les locaux vont passer à 1.612 m2. Certes, le confort sera sans commune mesure avec les installations actuelles pour les personnes accueillies, mais pour le personnel soignant aussi, l’édifice va parfaitement correspondre aux attentes en termes de fonctionnalité. "Les équipes soignantes et administratives ont été associées au travail des architectes" , explique Christian Bar, chef de pôle urgences-anesthésie, vice-président de la Commission médicale d’établissement.

"Le cahier des charges élaboré avec le personnel a été axé sur une gestion optimisée des flux. Ainsi les patients en filière courte ou ceux en filière longue ne se croisent pas, de même pour les personnes qui sont directement dirigées vers l’imagerie. Sur les six projets présentés, la commission technique constituée des professionnels de chaque secteur concerné, a procédé à un choix selon des critères majeurs comme l’accueil, la bientraitance, mais aussi l’aisance du personnel soignant, la fonctionnalité, l’ensoleillement et, bien sûr, le respect de l’intimité"

Ces locaux fonctionnels et accueillants permettront aux patients de vivre le mieux possible ce passage dans un service hautement sensible.

 

 

INTIMITÉ ET QUALITÉ

L’accueil se fera par deux entrées côté sud vers deux salles d’attente spacieuses et calmes ouvertes sur une placette. Ici se fera la séparation des adultes et des familles avec enfants, équipements complétés par des salles d’accueil spécifiques. Le passage dédié au SMUR se fera par le sous-sol. Cette gestion des flux avec un tri des patients "debout" et "allongés" et une sécurisation des patients les plus graves à proximité du PC médical vont faciliter le travail des soignants et le confort des usagers. De même, l’établissement est équipé d’une centrale d’alarme pour les scopes avec un accès sécurisé et une vidéo-surveillance centralisée dans toutes les salles et dans les couloirs. À la fin des travaux, la capacité d’accueil sera de dix lits ZSTCD, dix boxes avec deux salles d’accueil des urgences vitales.

 

 DES ÉQUIPES RENFORCÉES

Une installation flambant neuve avec une capacité accrue ne peut se concevoir sans les moyens humains et techniques qui vont de pair. Tous corps de métiers confondus, infirmiers, aides-soignants, SMUR, personnels techniques…, l’équipe passera de 75 équivalents temps pleins à 88 ETP. Pour les petits bobos, la maison médicale de garde qui, aujourd’hui, fonctionne le soir et le week-end, pourrait ouvrir en journée. Cet espoir émis par le directeur, Richard Lamouroux, à condition d’obtenir là-aussi les moyens humains et financiers, serait une alternative au désengorgement des urgences, notamment lorsque la médecine de ville est fermée. Ces jours-là, en été ou en période de ponts, le taux de fréquentation des urgences bondit de 20%.

"Nous aimerions inciter les jeunes internes à venir s’y installer, renforcer les liens entre la médecine de ville et la médecine hospitalière : cette perméabilité est fondamentale aussi bien pour la qualité des soins que pour le confort des usagers", insiste le directeur.

Richard Lamouroux - Directeur du CH Jean Marcel

 

Depuis mai, Richard Lamouroux a pris la direction du Centre Hospitalier Jean Marcel.


Ses différentes affectations au sein des services de l’État lui ont permis de mettre en œuvre des politiques de santé à l’échelon local, départemental et régional, mais également de gérer de multiples crises sanitaires. Lors de son parcours professionnel, il a notamment assumé les directions des établissements hospitaliers de Digne, Seyne les Alpes, de Pertuis et de l’EHPAD de Thoard. Il a porté la fusion des CH d’Aix-en-Provence et de Pertuis et a débuté sa carrière dans différentes directions départementales et régionales des affaires sanitaires et sociales. C’est donc doté d’une solide expérience qu’il prend la tête du CH de Brignoles, mais aussi de l’hôpital du Luc.

 

Un Financement 100% ARS

Cet investissement de 7 M€ a été intégralement financé par l’Agence Régionale de la Santé et des aides de l’État. L’enveloppe comprend la conception et la construction du bâtiment, mais également le matériel, éclairages scialytiques LED, échographes portables, etc. Les urgences du Centre hospitalier Jean Marcel vont rivaliser avec Toulon avec des installations haut de gamme, connectées et un personnel formé à son usage.

  • 66% des patients hospitalisés en médecine, chirurgie, obstétrique, sont passés par le service des urgences.
  • 85 patients par jour, en moyenne, sont accueillis aujourd’hui aux urgences. Le week-end ou les jours de fête, ce nombre varie de 110 à 140 patients.
  • Avec 30.700 personnes accueillies en 2017, le CH de Brignoles se classe dans la moyenne haute des établissements de PACA. Pour exemple, le CH le plus important accueille 110.000 personnes par an.
Ville de Brignoles

  Hôtel de ville
  9, place Carami - BP 307
  83177 BRIGNOLES Cedex
  Tél.: 04.94.86.22.22 / Fax: 04.94.69.00.94

Partenaires de la ville :

  • Région PACA
  • Conseil Général du Var
  • Agglomération Provence Verte
  • Office du Tourisme de la Provence Verte
Ville de Brignoles

  Hôtel de ville
  9, place Carami - BP 307
  83177 BRIGNOLES Cedex
  Tél.: 04.94.86.22.22 / Fax: 04.94.69.00.94

http://www.brignoles.fr/http://www.brignoles.fr/index.php?id=1231

Réalisation : Stratis